Comment rénover votre ferme intelligemment en respectant un budget raisonnable

By Sylven Blouin, Agr.

En gestation : Le bien-être animal et ses règlementations

Les demandes des consommateurs et des groupes de défense des animaux pour l’amélioration des conditions d’élevage ont poussé certains gouvernements (Europe, Californie, Canada par exemple) ainsi que les différentes associations de producteurs à élaborer des règles de conduite d’élevage favorisant le bien-être animal.

En production porcine, l’effet le plus significatif de ces changements fut la mise en groupe des truies gestantes. On parle ici d’un changement majeur dans la façon d’élever les truies qui a un impact financier direct.

Pour une nouvelle construction, la mise en groupe en gestation vs la conduite en cages individuelles ne représente, la plupart du temps, aucun coût de construction supplémentaire bien au contraire, on parle souvent d’un montant égal ou même d’un investissement inférieur selon la technologie d’alimentation envisagée (moins d’équipement). Par contre, dans le cas d’une rénovation, les frais engagés peuvent rapidement devenir exorbitants. Nous nous questionnons dans ce blog sur les façons de faire et nous nous demandons comment diminuer ces coûts. Voici quelques stratégies à analyser dans le cas d’une rénovation.

Group gestation - automated feeding system

1. Jouer avec l’inventaire de truies

Garder le même inventaire

Plusieurs producteurs vont analyser l’option d’agrandir la section gestation afin de gagner la surface nécessaire pour atteindre les normes, sans diminuer leur inventaire. Dans ce cas, le design du bâtiment, le choix de la technique de conduite d’élevage et d’alimentation dicteront le montant à investir.

Plusieurs options pour alimenter s’offrent aux producteurs, certaines plus onéreuses à l’achat (systèmes électroniques) vont cependant permettre de diminuer les frais alimentaires futurs, il faut donc bien analyser toutes les alternatives.

Diminuer l’inventaire

Certains vont diminuer l’inventaire afin de ne pas agrandir le bâtiment. Le coût de rénovation s’en trouve diminué. Toutefois, diminution d’inventaire rime avec diminution des revenus.  Pour certains, l’option est envisageable car il n’y a pas de relève par exemple.

Augmenter l’inventaire

D’autres encore vont augmenter l’inventaire de truies de façon significative en utilisant les cages de gestation actuelles comme bloc saillie. La nouvelle construction sera alors dirigée uniquement pour les grands groupes et l’ajout d’une section de mise-bas supplémentaire. Il s’agit d’une façon d’augmenter son cheptel à un coût moindre par truie (CDPQ , Dec 2012). Apprenez-en plus sur combien vous coûterait l’installation de Gestal en ferme.

2. Conserver ou changer les planchers existants en grands groupes

Conserver les planchers et faire des compromis

Lors d’une construction neuve (sans les équipements), le coût du plancher seul peut représenter jusqu’à 20% de l’investissement total. Lors d’une conversion, si le plancher est bon, il faut se poser la question à savoir si on peut le conserver tel quel ou le remplacer.

Le design des parcs est facile lorsque l’on travaille avec un plancher neuf, par contre si l’on conserve le plancher existant, il est nécessaire de faire des compromis. Il faut aussi garder en tête que, la dernière chose que l’on veut, ce sont des parcs de gestation sales et des risques de blessures pour les animaux. Certains trucs existent afin de réduire ces risques, un spécialiste en bien-être animal peut d’ailleurs vous conseiller sur cette décision. Conserver les planchers existants est évidemment la solution la plus économique.

Changer les planchers

Parfois par contre, il vaut mieux investir des sous supplémentaire à la rénovation de votre gestation pour ensuite avoir des animaux plus performants. Il n’est pas rare de discuter avec des propriétaires de fermes porcines qui ont observé des mortalités de truies de 2 à 3 fois supérieures à l’ancienne gestion en cages individuelles, tout ça causées en bonne partie par les problèmes locomoteurs.

3. Choisir un plancher 100% ou partiellement latté?

Un plancher latté est plus cher (on a 2 planchers après tout) qu’une surface pleine de béton. Dans l’analyse du projet de rénovation ou de construction, il vaut la peine de calculer les 2 options, 100% ou partiellement latté.

Quand le design est étudié selon les besoins des truies et en respectant les zones bien définies d’un parc (repos, alimentation, circulation…), il est assez simple d’obtenir des animaux propres avec un bonne partie de plancher plein. Encore une fois c’est une question de compromis.

4. Respecter la surface allouée par truie et par cochette

Dans certaines régions/pays, les normes de surface par animal font partie de règles strictes et doivent être respectées. Par contre, certains pays offrent des directives minimales à suivre ce qui laisse une latitude aux producteurs. Au Canada par exemple, le minimum pour un parc mixte de truies et cochettes est de 18 pi2 (environ 1.7 m2) sur plancher partiellement latté. Choisir une telle surface apporte certains désagréments vs une plus grande superficie par animal mais cela permet de diminuer le coût des rénovations de plusieurs dizaines de dollars par truie.

Note de l’auteur: L’expérience aidant, j’aime discuter de certains détails avec le producteur afin de me donner une bonne idée de la surface idéale qu’il faudrait utiliser dans son troupeau. La génétique utilisée, le programme alimentaire préconisé, l’historique de taux de mortalité et de remplacement (les causes en particulier), la ventilation de la ferme, le comportement de l’éleveur etc., font partie des points analysés. Le succès d’une bonne ou d’une mauvaise conduite en groupe peut certes dépendre de la superficie allouée par animal mais une faible surface peut être compenser par l’optimisation des autres paramètres (ratios animaux par station pour les DAC, design du parc etc.).

Déterminer la surface des allées

La largeur des allées de circulation pour le personnel et les animaux en transit doit être également prise en considération. On parle encore une fois de surface à construire dans le cas d’un bâtiment neuf ou à déduire de la superficie allouée aux truies dans le cas d’une rénovation. Le producteur doit souvent faire des compromis entre l’espace de travail et les frais de conversion.

Sur un bâtiment de 200 pieds de longueur et 2 allées de circulation, on parle de dizaines de milliers de dollars de différence entre une allée de 3 pieds vs une autre qui serait plus large. Penser à la circulation du personnel, des truies, de la cage de détection des chaleurs pour le verrat, la sortie des animaux morts, plus nous avons d’espace et plus c’est simple de travailler, par contre il y a un coût pour ça. Lors de l’entrée ou de la sortie des truies en parcs, il faut prévoir de bonnes quantités d’animaux en mouvement, soit ceux-ci peuvent se retourner aisément dans les allées ou ils ne le peuvent pas du tout. Le choix revient au producteur.

5. Mélanger les cochettes avec les truies?

Idéalement les primipares devraient toujours se retrouver entre elles lorsque mises en groupes. Selon les règles d’élevage, la superficie à attribuer par cochettes est différente de celle des truies (au Canada par exemple on parle d’un minimum de 15 pi2 (1.4 m2) pour les cochettes et de 19 pi2 (1.8 m2) pour les truies. En parc mixte, la norme est de 18 pi2 (1.7 m2) tel que cité précédemment).

Pour un groupe de 50 animaux, 10 cochettes et 40 truies, la différence entre séparer ou non les cochettes représente 10 pi2 en plus par groupe en séparant les cochettes des truies. Ce n’est pas énorme mais c’est à songer selon ce que permet la réglementation et les avantages/désavantages de mélanger ces différentes parités. Il y a plusieurs éléments importants à considérer pour la gestation en groupe. Ces éléments doivent être analysés de près.

6. Choisir un système d’alimentation pour truies gestantes en groupe

Évaluer les systèmes d’alimentation : avec ou sans compétition

Le coût initial d’installation est très différent d’un système à l’autre et c’est un fait bien documenté (Prairie Swine Center). Le distributeur d’alimentation au sol coûte beaucoup moins cher à l’achat qu’un DAC par exemple. Il faut cependant considérer les frais d’opérations à longs termes associés aux différentes options. Le Gestal 3G est une option versatile. Étant un système d’alimentation intelligent alliant la technologie de cage autobloquante (DAC), il permet de suivre les demandes de bien-être animal sans les désavantages d’un DAC électronique traditionnel.

automated sows feeder

Le coût de moulée supplémentaire, les agressions plus fréquentes dans les systèmes avec compétition (sol et bat-flancs) ainsi que les pertes de performances zootechniques associées avec le manque de contrôle des états de chair vont complètement éliminer le montant d’argent sauvé lors de l’achat du système. De plus, la perte est récurrente d’une année à l’autre tant que le système d’alimentation avec compétition sera utilisé. Faites vos calculs, évitez les économies de bout de chandelle!

En mise-bas : une question d’espace

7. Conserver ou éliminer l’allée avant en mise-bas?

Éliminer l’allée

Dans le cas où le producteur décide d’augmenter son cheptel, donc d’ajouter par le fait même des cages de mise-bas, il peut choisir d’éliminer l’allée en avant des cages comme il est courant en Europe. Les producteurs là-bas n’ont souvent pas cet espace et produisent avec des résultats zootechniques impressionnants. La surface économisée peut représenter une bonne somme d’argent en cas d’agrandissement ou permettre d’installer des cages à plus grande surface comme il est tendance actuellement dans les situations de maintien de l’inventaire initial.

Conserver l’allée

Encore une fois, ce passage devant les cages a un coût et il faut penser s’il est vraiment utile surtout lorsque l’on dispose d’un système d’alimentation électronique en lactation. En Amérique en particulier, nous avons l’habitude de travailler avec allée avant, si elle disparait, il faut penser qu’il faudra entrer dans les cages pour récupérer les porcelets, injecter les truies ou nettoyer les trémies. Est-ce que c’est en accord avec les recommandations du vétérinaire au dossier? C’est un point majeur à discuter.

Smart swine feeder system

8. Choisir la surface des cages de mise-bas

De plus en plus, lors de constructions neuves ou d’agrandissements pour une augmentation de cheptel, les producteurs optent pour des cages plus grandes en maternité tel que mentionné au paragraphe précédent, cela demande plus d’investissement mais à moyen terme, avec la prolificité des truies modernes, il n’y a pas à hésiter sur ce point. On a observé lors des dernières années une plus grande prolificité des truies en nés-totaux mais pas la même proportion d’augmentation en porcelets sevrés. La perte pré-sevrage est en grande partie en cause. La technologie des cages dites ¨ascenseur¨ peut s’avérer un choix intéressant mais très dispendieux, associée à une surface de plancher plus grande, elle peut s’avérer un choix intéressant dans les cas ou la perte est hors normes.

Conclusion

On vient de voir quelques moyens d’économiser lors d’une nouvelle construction ou d’une mise à niveau aux normes de bien-être animal, ce n’est qu’un bref aperçu. Certains auront tendance à couper dans la qualité des équipements (moins d’acier inoxydable, plastique moins épais…) ou le choix de la technologie d’alimentation mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un investissement à long terme quand on parle de maternité. Si l’on fait des compromis, il faut savoir si nous n’aurons pas de conséquences économiques négatives par la suite. Plusieurs éléments ont un impact direct sur la durée de vie des équipements en ferme comme l’ammoniac, les excréments et l’acide. Les compromis devraient donc considérer ces éléments.

Nous voyons de plus en plus de cas où des gens ont choisi des options moins onéreuses mais qui ont dû recommencer à peine quelques années plus tard afin de revenir aux performances d’avant la conversion aux grands groupes. Comme dans n’importe quel domaine, souvent on en a seulement pour l’argent investi et il y a toujours quelqu’un qui peut le faire pour moins cher!